De POITIERS à CHAUVIGNY
18 - 26 Mai 2010

Mardi 18 mai, Marinette et Francis Rivault nous accueillent au joli camping de LIGUGE, tout proche du Clain.
L'Apéritif de bienvenue est l'occasion de présenter les participants (59 personnes) et la sortie : sites connus mais aussi sites modestes ou insolites.
Au cours de ce séjour, nous comprendrons que ce coin du Poitou est une région clé de l'histoire de France, terrain d'âpres disputes et de nombreux combats : 507, 732 et 1356, à Nouallé-Maupertuis où le roi de France, Jean Le Bon est fait prisonnier du Prince Noir, faisant passer la région sous la domination Anglaise.

Nous visiterons des abbayes; celle de Nouallé-Maupertuis qui fut sous l'autorité des bénédictins durant mille ans (de Charlemagne à la révolution Française) : Porche-Clocher, jubé et stalles de chêne très intéressants; celle de Ligugé fondée au Vème siècle par St Martin (elle serait "le plus ancien monastère d'occident!". Les moines bénédictins de la fondation de Solesmes y proposent des émaux réputés et un gâteau délicieux, le "SCOFA" à base de sucre, oeufs, amandes, beurre, lait et farine.
Nous apprécierons une pléiade de monuments prestigieux.
- Le plus ancien baptistère des Gaules : le baptistère St Jean à Poitiers avec sa piscine octogonale qui servait au baptême des adultes en l'an 350.
- Des églises où l'art roman Poitevin atteint son apogée : Notre-Dame-La-Grande à Poitiers avec sa façade qui est un véritable livre de pierre, l'église St Jean Baptiste de Jazeneuil, la collégiale St Pierre de Chauvigny et ses magnifiques chapiteaux travaillés.


Nous n'échapperons pas à la vie d'Aliénor d'Aquitaine (fille du comte de Poitou) qui épousa un roi de France (Louis VII) puis un roi d'Angleterre (Henry Plantagenêt)...Que de conflits à venir ! Personnage très cultivé, la région lui doit de beaux bâtiments. En particulier, à Poitiers, la salle des pas perdus du Palais de Justice, la Cathédrale St Pierre et son très beau vitrail du 12ème siècle(une crucifixion).
A ce chapitre consacré à l'art, j'ajouterai les superbes fresques du baptistère St Jean (12ème et 13ème siècle) et celles de l'église de St Pierre-Les-Eglises (8ème et 9ème siècle).
Attardons nous quelques instants à St Pierre les Eglises. Il y a là une implantation humaine depuis l'époque romaine mais au moment des invasions par les wisigoths, les habitants se réfugient sur les hauteurs donnant naissance à la petite cité médiévale de Chauvigny. C'est une petite église très simple entourée de tombes où les défunts reposent en paix, près du "seigneur" à l'ombre des vieux tilleuls.
Je vous recommande les magnifiques fresques qui racontent la vie de Marie, l'enfance de Jésus...(représentations apocryphes) des 8ème et 9ème siècleset celles du 10ème siècle (scènes de l'apocalypse ----> visitation, nativité, rois mages, crucifixion...).
Marinette et Francis ont aussi voulu nous intéresser aux hommes et à leurs talents actuels.
A Ligugé, nous avons profité d'une exposition de travaux manuels (peintures diverses, sculpture sur bois, "patchwork"...
A Lavausseau, nous avons visité une tannerie (il y en reste qu'une sur les 60 d'autrefois) : nous avons tout appris du salage des peaux, du bain en coudreuse, de l'écharnage, des bains de piquelage puis du tannage... au total, dix huit opérations sur un mois. Mais puisque nous sommes à Lavausseau, parlons de la Commanderie qui avait de réels rapports avec la tannerie. L'ordre des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem est présent à Lavausseau au 12ème siècle. Il deviendra "ordre de Malte" en 1533 (Charles Quint). La commanderie est le logis du commandeur, mais aussi l'ensemble du domaine (Chapelle des Hospitaliers, métairies, écuries, granges, chapitre). En 1789 elle sera vendue comme bien national et au 19ème siècle sera rachetée par la municipalité (nous sommes dans la salle des mariages).
Une exposition présente "le petit tramway à vapeur de Lavausseau à Poitiers" 1921-1933 qui transportait les voyageurs mais aussi les marchandises à 25Km/h.
A "Les Roches Prémaries", dans un très joli lavoir fermé, un passionné de pêche nous fait découvrir l'aquarium présentant des poissons et des invertébrés de la Vienne.
A Curzay-sur-Vonne, c'est le musée du vitrail qui retient notre attention : vitraux du moyen-age (verre soufflé à la bouche, outils et techniques de fabrication, réalisations de différentes époques) et vitraux contemporains.
L'église de Jazeneuil propose la découverte de 9 vitraux contemporains sur le thème de l'eau et du désert.
A Jazeneuil aussi, au logis de la cour, nous flânerons dans le "Jardin des Couleurs" : une association recueillant des personnes handicapées ou en rupture sociale cultive des plantes tinctoriales 'plantes d'été qui contiennent du tanin). En voici quelques exemples :
- La "Tanaisie" que l'on met au pied des pêchers pour éviter la maladie (cloque).
- La "Garance" dont la racine donne la couleur rouge. (les pantalons garance des soldats de 1914).
- Le "Pastel" dont les feuilles donnent une teinture bleu. Au Fait connaissez-vous l'origine de l'expression "mât de cocagne"? C'est la boule de pastel (feuilles roulées en boule) que l'on mettait sécher au bout du mât, en Provence!
A Angles-sur-Anglin, nous avons vu les fameux "jours d'Angles". La légende dit qu'Adélaïde aurait "tiré un fil de trop" sur le plastron commandé et qu'elle aurait dû inventer un motif pour réparer! En tout cas, c'est un superbe travail : marqueuse, ajoureuse et cordonneuse perpétuent la tradition née au 19ème siècle. Aujourd'hui l'atelier est dirigé par "un des meilleurs ouvriers de France".
Le samedi 22 mai, nous nous sommes installés au camping de Chauvigny avec vue imprenable sur la cité médiévale : un vrai bonheur de découvrir, au lever du soleil la cité ocre jaune!
Nous sommes allés plusieurs fois, à pied, à l'assaut de la ville haute. Nous avons visité 3 des 5 châteaux forts : le château des évêques, le plus impressionnant; le château d'Harcourt, le mieux conservé avec ses meurtrières, son donjon et sa prison voûtée, le donjon de Gouzon qui abrite un "espace d'archéologie industrielle" (outils de carrier, industrie de la pierre, rétrospective sur les céramiques, exposition sur le thème du tablier...).
Nous nous sommes promenés dans les ruelles pleines de charme en faisant un détour par le musée des traditions populaires. Je n'ai pas oublié la collégiale St Pierre dont j'ai déjà parlé!
Dimanche après-midi, dans le donjon du château des évêques, nous avons assisté à un spectacle "Les Géants du Ciel" : aigles, vautours, faucons, chouettes, perroquets et cigognes sont à tour de rôle, lâchés dans les airs en vol libre et certains exécutent des figures acrobatiques pour le bonheur des petits et des grands: un spectacle bien monté avec de nombreuses explications sur les oiseaux.
Nous avons aussi, remonté le temps avec la visite des grottes de la Norée, découvertes en 1913 par la famille Martin. Des salles restent encore à explorer, sans doute encore beaucoup de galeries, marmites, cheminées, cascades pétrifiées, voiles, draperies, macaronis... dans une autre vie!
A L'Angles-sur-l'Anglin, après avoir crapahuté dans ce beau village, nous avons fait une plongée au temps des sculpteurs préhistoriques, il y a 15000 ans. Le centre d'interprétation du ROC aux SORCIERS restitue une fabuleuse frise de 20 mètres avec bisons, chevaux, félins et figurations féminines... J'aurais tellement aimé être au contact des vraies sculptures!!
La dernière visite fut très émouvante : celle de la ferme acadienne.
Tout a commencé en 1604, c'est la découverte du nouveau monde par Pierre Dugua de Mons (un Royannais!). Les résultats obtenus en commerce et pêche sont bons, c'est l'Acadie heureuse... Mais ceux-ci suscitent la jalousie des Anglais et arrive "le grand dérangement". Les acadiens vont être déportés vers le Québec, la France (ils sont 3000). Ils attendront, quelquefois 10 ans, avant d'être regroupés, en 1773 dans 58 maisons qui formeront la "ligne acadienne". Mais ces nouveaux agriculteurs ne resteront pas tous et repartiront vers la Louisiane (les Cajuns), la Guadeloupe ou la Guyanne.
Voilà pour l'histoire, le musée retrace la vie du peuple acadien et présente la ferme : pièce d'habitation, étable et grange, plein de documents... un moment très intéressant!
Marinette et Francis ont su aussi ménager des moments très conviviaux :
- Les cadeaux de bienvenue
- Les apéritifs, chaque soi, animés par des blagues, des chansons et même un "troubadour" local à Chauvigny
- Le concours de boule, ses 28 inscrits et son vainqueur Pierre Fayolas. De beaux cadeaux pour tous, même ceux qui n'ont pas participé ont eu un lot de consolation!
- La réception à la mairie de Ligugé
- L'accueil à la ferme de la Fretaizerie où nous avons visité un élevage de chèvres à longs poils donnant la "kid-mohair"
- Le repas de fin de sortie où nous avons dégusté jusque tard dans la soirée, les produits du terroir.
Merci à Marinette et à Francis ainsi qu'à tous les organisateurs qui ont oeuvré dans l'ombre pour nous faire découvrir ce poitou à la fois connu et secret.
Merci aussi à nos hôtes pour leur enthousiasme et leur grand coeur! Bravo!

 

Nicole Redheuil