Photos en attente




 

Photos en attente




 

BRANTOME , LA BELLE DRONNE.

Organisateurs :  Micheline et Camille COMMUNEAU

Pour cette sortie du 12 au 19 mai 2019, retrouvailles sur le terrain de camping Peyrelevade à Brantôme, dite aussi Venise verte du Périgord. Apéritif d’accueil pour les 30 participants, auxquels se joindront 2 amis le soir suivant.
Lundi 13 mai.
En covoiturage, randonnée du sentier découverte du plateau d’Argentine et des cluzeaux sur la commune de la Rochebeaucourt. Ce site classé « natura 2000 », éveille la curiosité dès les premiers pas par la curiosité de sa faune et de sa flore. Il s’agit d’une vaste étendue dominée par des graminées de petite taille : thym,  serpolet, genévriers et au moins 25 espèces d’orchidées. Au cœur de ces vastes étendues de pelouse, lézard vert, vipère aspic, alouette des champs, engoulevent d’Europe, rainette verte qui trouvent un point d’eau pour pondre dans la fontaine de Boudoire. Nombreux papillons, grillons et même cigales trillent l’air de leur chant… enfin le paradis pour les randonneurs… Une surprise au bout du chemin caillouteux, des trésors insoupçonnés : une nécropole troglodyte, une église et une carrière. Ce causse abrite deux cluzeaux, implantés à flanc de coteaux, ces refuges souterrains abritent deux grandes pièces; une nécropole troglodyte unique au monde où l’on a découvert des ossements humains (il s’agissait peut être d’un cimetière pour les lépreux, soignés à la maladrerie de la Rochebeaucourt, le tout remonte aux années 1665). Dans une autre grotte des cavités servait à entreposer des réserves de nourriture, des animaux et des humains, car il y a des fosses servant de latrines. L’intérieur de ces grottes est aussi mystérieux que le panorama est grandiose. Un peu plus loin, le vieux cimetière, la chapelle d’Argentine église classée recouverte depuis un an, aussi blanche que ses vitraux sont colorés. Le contraste entre l’enduit et le dessin contemporain ne manque pas d’audace… !
Mardi 14 mai
En covoiturage : Aubeterre sur Dronne, commune située en Charente, classée un des « plus beaux villages de France ».
Le matin, visite guidée du village, aux belles maisons de pierres blanches, d’où le nom du village Terre Blanche. Ces habitations à flanc de colline, au-dessus de la Dronne donnent à l’ensemble le sentiment d’être dans un amphithéâtre. Beaucoup de maisons ont de charmantes balustrades en bois fleuries. Au centre une belle place nommée « place Ludovic Trarieux » fondateur de la ligue des droits de l’homme né dans ce village. En une courte distance, nous accédons au site du château dans le haut village. Domaine privé, nous pouvons admirer une collection de fossiles, un châtelet et surtout une vue à couper le souffle sur la vallée. En redescendant, le couvent des cordeliers et des minimes sont situés dans cette partie haute du village. Les petites ruelles nous ramènent à l’église de St Jacques de Compostelle construite pour accueillir les pèlerins sur la route de l’Espagne. Façade romane du 12ième, arcades finement sculptées avec des éléments très macabres, comme une bande dessinée, expliquant la vie de l’au-delà aux pèlerins. Les chapiteaux, ont une forte influence mauresque.
Pause déjeuner, puis départ pour l’église souterraine St Jean Monolithique. Ce lieu remarquable a été caché pendant des années par une grande chute de roches et découverte dans les années 1950. Cette église a été creusée dans le rocher, juste sous le château et l’intérieur est impressionnant d’énormités; la hauteur atteint 20m à son plus haut étant ainsi la plus haute du monde, celle de St Emilion du même style est la plus grande. Les fouilles ont commencé au 5ème siècle quand un font baptismal a été creusé dans le sol. Au fond à gauche, une vaste zone abrite 80 creux à sépulture, creusées dans la pierre de façon à ce que toutes les têtes soient tournées vers Jérusalem. A droite de la font se trouve un grand reliquaire en pierre, mais quelle relique ? Peut être un morceau de la sainte croix. Un escalier en pierre mène au premier étage d’où l’on obtient une immense vue d’ensemble de l’intérieur de l’église. Autrefois il existait un passage pour le château situé juste au-dessus
Mercredi 15 mai.
En covoiturage, randonnée au lac de St Estèphe et sa boucle de 3,9 km du village vers le roc branlant. Commune du parc naturel régional Périgord Limousin, ce village se trouve au cœur du Périgord vert granitique. Le chemin nous mène au hameau après des moulins jusqu’au site du chapelet du diable ou chaos granitique ou un bief a été aménagé. Un sentier accidenté, sous les châtaigniers, le long de la rivière Doue nous mène à travers une végétation luxuriante, jusqu’au site du Roc branlant, bloc de granit de 3m sur 3 et de 50 tonnes, laissé en équilibre sur une table rocheuse par le lent travail des eaux de la rivière, il se balance facilement d’une simple poussée; bien sûr quelques hardis  on fait bouger le rocher… c’était le but…. 
Déjeuner et ensuite visite du moulin de Lapeyre. Déjà présent sur les cartes de Cassigny (avant la révolution), le moulin était totalement à l’abandon. Huit années de restauration ont été nécessaires pour lui redonner vie. On visite à son rythme, un lieu de partage dédié aux métiers d’autrefois, animés par des artisans passionnés; il produit de la farine, de l’huile de noix, boulangerie, démonstration de forge et aussi artisans couteliers. Nous avons suivi la fabrication de différents couteaux et admiré une collection de plus de 3000 vieux outils.
Jeudi 16 mai
Après-midi visite du château de Bourdeilles construit du 13ème au 16ème siècles, en un complexe de deux châteaux : un médiéval sur des fondations anciennes, l’autre est un palais renaissance. Le médiéval occupe toute la terrasse ouest et se compose d’un donjon octogonal, précédé d’une cour entourée de hautes murailles fortifiées. La construction près de l’ancien château sur des plans de Jacquette de Montbron, épouse de Pierre de Bourdeilles; elle s’est inspirée des normes architecturales italiennes de la renaissance. Ce logis abrite une collection de mobilier de style espagnol, l’une des plus riches d’Aquitaine. Une chambre pour Catherine de Médicis avait été prévue…. elle n’est jamais venue

Vendredi 17 mai
Le matin, pour les intéressés, marché à Brantome. Départ en covoiturage à 11h pour les grottes préhistoriques de Villars, découverte en 1953 sur le site du cluzeau de Villars sur le cours d’eau de l’étang rompu. La grotte s’ouvre sur des calcaires jurassiques et on a exploré ses cavités sur 13 km. La rivière souterraine a creusé d’immenses salles reliées entre elles par des galeries; les eaux infiltrées ont créé un fantastique décor naturel. On peut admirer au cours de la visite guidée d’impressionnantes coulées de calcite, de fins stalactites ou macaronis, des gours, des draperies translucides et d’innombrables stalagmites. Il y a 19000 ans les hommes de Cro-Magnon fréquentaient les grottes du cluzeau de Villars et on commença à y trouver en 1958 des peintures paléolithiques, exécutées à l’oxyde de manganèse ce qui donnait une couleur bleue aux dessins. Nombreux chevaux, bouquetins, bisons, quelques représentations d’homme et un superbe cheval, dit le petit cheval bleu. Dans cette grotte, on trouve également de nombreuses traces de griffe d’ours.
En ressortant à l’air libre, nous suivons le sentier aménagé pour la visite des jardins. Sur 700 m aménagé on a reconstitué des campements, des animaux préhistoriques. À quoi ressemblaient nos ancêtres, ou vivaient ils, que mangeaient ils ? Un magnifique parc avec de nombreux arbres et essences végétales.
Retour au camping et après le diner visite guidée nocturne des vestiges troglodytes de l’Abbaye de Brantome. Ces grottes ont abrité la première communauté monastique. Creusées dans la falaise calcaire, en partie dissimulée par les bâtiments conventuels : habitations, pigeonniers, fontaine miraculeuse dédiée à St Sicaire et l’énigmatique grotte dite du Jugement dernier et ses deux bas reliefs monumentaux, le tout éclairés par des bougies, superbe…

Samedi 18mai
A 10h agréable ballade sur le canal de la Dronne, puis la rivière à bord d’un bateau électrique de 49 places. Au fil de l’eau nous découvrons la ville, appelée aussi Venise verte; le Pont Coudé du XVIème siècle, les maisons de style médiéval ou renaissance, avec les latrines publiques au-dessus de la rivière, l’abbaye bénédictine, le clocher campanile du XIème, les habitations troglodytes, le parc aux moines avec ses reposoirs du XVIème, le gué des meuniers, le moulin du couvent et les ilots sauvages peuplés de faune et de flore… instants de tranquillité agréable et bienfaisante.  A 11h visite guidée de Brantome : son imposante abbaye est le cœur névralgique de cette cité qui nous fait traverser les siècles par sa visite.  Les reliques de St Sicaire y sont vénérées… Les ruelles, étroites sont parsemées de belles maisons aux balcons fleuris couverts de lierre, les plus belles ayant pignon sur Dronne… Dans ces anciens jardins se dressent la tour St Roch et la fontaine Médicis.
Le déjeuner nous attend dans la ferme auberge de Faye où Claude et Marie Dubuisson nous accueillent pour un excellent repas à base de leurs spécialités, le canard.
Un grand, grand merci à nos organisateurs, Micheline et Camille, grâce à qui nous avons passé cette superbe semaine.

 

                      Elisabeth Marchive